Comité de réaction des Jeunes Professionnels de la Filière Cheval

Tribune des JPFC.

14 Juin 2017, 15:59pm

Publié par JPFCheval

Ce qui a été fait à Equistratis est inacceptable. Trois présidents ont seuls le pouvoir d’imposer une telle décision proprement scandaleuse. L’un d’eux a impulsé cette décision, en est responsable et doit l’assumer. Deux autres ont eu le tort de ne pas s’y opposer et doivent maintenant rattraper cette erreur.

Mais aujourd’hui, cet état de crise nous met en péril. Ce qui a été obtenu le 29 Mars l’a été grâce à l’union. A l’inverse, nous pouvons tout perdre en nous désunissant ainsi. Nous ne survivrons pas si, à la crise économique s’ajoute une crise politique. 

La priorité est de dégager des équipes fortes et soudées parmi les élus et rien ne doit amener à la guérilla politique. 

Si cela n’est possible, alors, seules les prochaines élections scelleront le changement d’ère. Rien ne sera réglé en renversant pour renverser. D’ici là, la guerre civile n’aidera en rien notre relance.

Les propositions d’Equistratis doivent être considérées et s’il y a désaccord, cela doit se régler dans l’argumentation et non dans la posture. Quels arguments seraient si faibles qu’ils ne supporteraient pas la controverse ?

De même, notre appel à changer d’époque doit être pris en compte. Et parmi les avancées souhaitées, la commission « jeu et calendrier » intégrant les socio-professionnels, les joueurs, le PMU et autres acteurs doit être créée. La stratégie de ce dernier ne peut continuer ainsi à échapper à la culture hippique. 

Quoiqu’il en soit, peu importe d’où viendra la relance et au crédit de qui elle sera portée. D’où qu’elle vienne, on l’espère ! Mais l’état de division actuel ne fera rien émerger de meilleur.

Nous n’avons de compte à rendre à personne mais si la désunion perdure, notre sort nous échappera définitivement.

L’avenir qui se joue aujourd’hui est plus le nôtre que celui de ceux qui nous dirigent et c’est la seule chose pour laquelle notre considération ne faiblira jamais.